Humanité cosmique/Littérature/Expansion de la vie/ Le grand vide/ Sommes nous seuls dans l’univers ?

Image de mise en avant : Vie et Cosmos — Illustration, gouache Nicolas Antoniucci.

Gengis Kahn.

La Terre tourne autour de son soleil dans un grand vide constituant l’espace qui est parsemé de minuscules grains de sable en lévitation, les corps célestes, et, dans ses airs, son sol, ses eaux, rivières et océans, la vie est apparue. Elle a tracé son chemin dans le temps, d’évolutions en évolution, allant, de défis en défis, de l’apparition de la simple cellule, à celle des plantes et animaux culminant ensuite avec l’apparition de l’homme, avec sa pensée, ses analyses et réflexions. Grâce à une pratique efficace de la science, aujourd’hui, il envoie ses outils sophistiqués dans l’espace, des fusées, pour sortir des limites de la Terre et atteindre les étoiles que depuis, si longtemps, il observera avec intérêt, de civilisation en civilisation. En ce sens, par cela, il continue d’emprunter le chemin de la vie qui sera depuis toujours de nature conquérante. Trouver d’autres mondes, d’autres planètes quitte à détruire celle qui aujourd’hui l’accueille, la Terre. Ceci finalement est logique puisque la vie avancera toujours de cette manière, tel le ferait un Gengis Khan, un Attila avec sa politique de terre brulée. Aussi, aujourd’hui, les hommes envoient dans le vide cosmique, avec mille talents et compétences scientifiques, des ambassadeurs pour conquérir l’univers tel que la vie, finalement, leur ordonnera dans sa quête structurelle d’expansion à tout prix — Elle n’a aucune raison ni possibilité de s’arrêter puisque c’est de cette manière qu’elle fonctionnera depuis toujours. Face à beaucoup de perfection dans le monde du vivant, l’homme fera figure de petit raté, l’obligeant alors à fabriquer des outils pour survivre avec, pour l’aider, un trop-plein de cellules grises faisant, alors, parfois déborder son imagination tel une rivière en crue. Sur Terre, cependant, l’humanité devra rester solidaire de la vie elle-même, avec ses plantes, ses animaux et hommes, même combat, même destin plutôt.

Un champion sur le ring de la vie.

Pour l’animal, l’homme sera un champion sur le ring de la vie et il observera constamment les comportements de l’humanité. Lorsque, covid oblige, les rues de nos villes se seront désertifiées, certains d’entre eux, en sortant de leurs forêts, sont venus observer ce qui se passait — Les sabots des cerfs alors jouant des claquettes sur le macadam, les museaux des renards fouillant dans les poubelles des immeubles… J’y ajouterais aussi les objets qui font partie aussi de l’univers en étant liés au travail des hommes. La vie, plutôt la Nature, en bonne créatrice, liera toujours les acteurs qu’elle anime à ce qu’ils créent ou auront su créer, tel un oiseau à son nid, une abeille à sa ruche, ou même ses différentes espèces entre elles, tel l’homme et l’animal qui sont connectés et solidaires. Ce qui fait que tout ce petit monde, aujourd’hui, sera poussé vers les étoiles en attente de la confection d’une moderne arche de Noé.

https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Arche_de_No%C3%A9

Des illusions.

Des sortes d’illusions (même, pourquoi pas, matérialisées) apparaissent alors parfois montrant, tel des objets étant issus de leur propre désir, des personnages venant d’un autre monde, des extraterrestres accompagnés de leurs vaisseaux spatiaux — Tels par ailleurs qu’ils les auront, au préalable, imaginés dans l’art, en littérature ou films.

La vie comme entité, alors, certainement, nous manipule afin de favoriser son expansion dans l’univers. Conquérir faisant partie de son énergie et ce n’est pas modifiable.

Certains hommes cependant, par la science, les arts et sa spiritualité, s’efforceront de réparer les blessures faites par l’entité vie toujours en expansion cherchant, in fine, à s’échapper dans les étoiles afin de suivre son petit bonhomme de chemin, des millions d’années depuis son apparition et sans jamais regarder en arrière.

Les petits hommes verts.

Mais, cependant, dans ce grand vide spatial infini, tout serait possible, même probable, telle l’existence d’une autre vie ayant suivi aussi la puissance de l’esprit de Gensis Khan, conquête et destruction, et ayant fait émerger, sur une autre Terre, ce que, chez nous, tel Yoda dans la série Star Wars, un Space Opéra, nous appelons les petits hommes verts. Un jour, peut-être, les verrons-nous arriver mais, alors, rien ne pourra, aujourd’hui, nous faire penser qu’un contact agréable serait possible — Celui-ci ressemblerait probablement plutôt à un combat de Sumo. Ceci me laissant penser, ce n’est qu’un avis personnel, qu’ils ne seront pas encore venus. Pour tout ce qui sur le plan archéologique nous étonnera puisque nous ne savons pas comment les hommes auront pu faire pour construire de tels édifices, sans grues ni bulldozer, la seule réponse possible étant, à mon avis, que c’étaient des hommes avec des particularités de connexion avec l’univers, d’ordre psychique, qu’aujourd’hui encore nous ne connaissons pas ( ou ne pratiquons plus)…

https://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Trek

https://nicolas-antoniucci.com/livres/alcor-adam

Par Nicolas Antoniucci

Passionné par la vie dans ce qu’elle pourra avoir d'insolite, parfois d’inexplicable et aussi par l'art sous toutes ses formes, les voyages et bien entendu l'écriture, je vous propose de partager avec vous sur ce blog mes différentes passions !

Commentaires (0)

Laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera publiée. Les champs requis sont marqués *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.