Visages, Ko-Omote

Science Fiction/Alcor Adam-Les Rgors/Ko-Omote/Volti-Visages/Les masques.

Image de mise en avant. Deux masques ko- Omote sortant de l'ombre.
Propos autour des visages.

Extrait de texte, Alcor Adam, Nicolas Antoniucci. Les Rgors.

… Nous débouchons dans une nouvelle salle, violemment éclairée d’une lumière blanche, au milieu de laquelle nous avons la surprise de voir une trentaine de géantes aux formes massives, de plus de trois mètres de haut, affublées de corpulentes poitrines largement dévêtues et des fesses saillantes emmaillotées dans d’amples habits roses évoquant des tuniques Romaines, plissées et courtes, qui laissent apparaitre la peau fine et grise, comme de la pierre, de leurs cuisses épaisses.

Contrairement à la couleur grise de leurs corps, leurs visages sont naturellement blancs et ont des expressions souriantes, sourcils épilés plantés hauts, yeux plissés et bouche demi-ouverte, noire à l’intérieur, évoquant des masques Japonais Ko-omote, qui auraient des lèvres peinturlurées de jaune, représentant des jeunes filles du théâtre Nô. Leurs têtes sont enturbannées avec des tissus de même couleur que leurs robes ; elles travaillent en manipulant des outils gigantesques, les unes debout et les autres assises, pour confectionner ce qui me semblerait être des Prismes de transport. Elles se meuvent lentement avec la régularité saccadée d’automates dont les bras seraient prolongés par des mains possédant cinq doigts longs paraissant être particulièrement agiles comme ceux de pianistes.

J’entends Mang Lu murmurer à Bill :

« Une giclée d’essaim d’abeille sur un de ces monuments de chair ne l’égratignerait probablement même pas. Nos munitions standards, ici, seraient obsolètes, il nous faudrait employer des balles magnums à…

Le mot.

Le mot, dont la multiplicité sera totalement humaine, renfermera parfois un sens quasiment inaliénable car devenu symbole il possèdera un sens fixe et non érodable.

Il se posera sur une sorte de damier universel, possédant ses règles immuables comme pour un jeu d’échecs. Le mot visage en fera partie et il s’exprimera par l’art depuis la naissance de l’humanité.

Ceci conduira à expliquer de son importance dans ses multiples utilisations, permettant de mettre en place des passerelles entre les différentes cultures, passées, présentes ou futures, des hommes.

Sculptures de Volti…   Émotion.           … Colère contenue

… Bonheur

Les masques/Volti, visages/Omote, visage.

Les visages — Volti, ce nom propre signifiera Visages lorsqu’il sera traduit de l’Italien.

La culture Japonaise propose deux mots dont les sens s’opposent et se complètent pour exprimer, d’une part, la face publique des choses avec Omote, signifiant « Visage » en Japonais, et, d’autre part, sa face cachée, avec Ura. Ils s’illustrent dans les masques du théâtre Nô dont Ko- Omote représentera une jeune fille souriante, semblant être heureuse, au visage blanc et maquillée.

Le masque servira à cacher ou transformer les émotions d’un visage dissimulant ainsi une vérité pour en proposer une autre mettant en forme, dans une proposition figée et artistique, tout le panel des émotions d’un individu landa dont le registre d’expression proviendra de codes mis en place par la Nature dans le cadre de la programmation physiologique de l’être humain. Ceci élevant pratiquement les langages du corps et du visage aux dimensions originelles d’un sixième sens qui serait celui de l’ouverture de l’esprit vers les autres exprimant parfois la colère et, de façon plus universelle, sa séduction liée à la reproduction nécessaire à la continuité de la vie. Ces expressions pourront s’observer dans le monde animal soit à travers les parades nuptiales préalables à l’accouplement de certains oiseaux ou l’aspect féroce des carapaces d’insectes aux allures aussi effrayantes que le furent les armures au Moyen Âge.

Deux masques Ko- Omote, maintenant à la lumière.

La chair.

Sculpture tête de mort, marbre noir.

L’os

La tête de mort.

Une fois le masque de chair disparu après la mort, il restera les os qui le soutenaient soit le crâne et ses mâchoires constituant une tête de mort et dont la forte image qu’elle représentera, comme étant assimilable à l’existence de l’au-delà, auront inspiré de nombreux artistes.

Nicolas Antoniucci
Par Nicolas Antoniucci

Passionné par la vie dans ce qu’elle pourra avoir d'insolite, parfois d’inexplicable et aussi par l'art sous toutes ses formes, les voyages et bien entendu l'écriture, je vous propose de partager avec vous sur ce blog mes différentes passions !

Commentaires (0)

Laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera publiée. Les champs requis sont marqués *