Art urbain/Graffitis-Anciens et modernes/L’image et le mot dans la ville.

Les graffitis sont un art urbain, des images comme d’autres que l’expression picturale de l’artiste aura conduite à créer sur un support non prévu, à l’origine, pour elles, un mur, un camion ou un autre support des espaces publics.

La photo d’entrée représente une récupération pour un motif commercial de l’image de Che Guevara : Afrique de l’ouest.

Le regard.

La naissance du monde. Tout commença de cette manière, avec le soleil se levant à l’horizon ou les couleurs d’un arc-en-ciel, entre pluie et soleil.

L’homme repeindra systématiquement, avec ardeur et opiniâtreté, le monde à ses propres couleurs.

Il sera né un pinceau à la main qu’il plongera dans les couleurs de la vie.

De tous les temps, il écrira, dessinera, sur des surfaces qu’il trouvera dans son environnement, à commencer par les parois des grottes préhistoriques dont les voûtes courbes représenteront, pour lui, le ciel et ses étoiles imaginées comme des feux allumés par d’autres clans.

Les images fixeront un instant la pensée, l’émotion, de l’homme qui transmettront des messages souvent allégoriques ou symboliques à ses pairs, génératrice de questionnements et à ce titre éducatives et, ensuite, elles disparaîtront écrasées par le temps.

Sur elles, parfois, d’autres images apparaîtront, comme, sur une même plante, une fleur succédera à une autre fleur lorsque la première disparaîtra.

Photo-1

 

Afrique de l’Ouest/Disparition lente d’une inscription avec le temps comme le pourrissement naturel d’une feuille d’arbre.

L’image s’interposera alors entre l’homme et les puissances du monde, qu’elles soient de fondement spirituel ou, à notre époque moderne, d’expression matérialiste.

Tels les ex-voto entre les hommes et leurs Dieux, les affiches publicitaires troqueront les divinités d’antan contre des biens de consommations les installant alors sur un piédestal afin d’être adorées comme le Veau d’or, une idole qui est présentée dans le livre de l’exode, le second livre de la Bible et de l’Ancien Testament.

Ce livre indiquera les faiblesses morales de l’homme à cette l’époque ou de l’homme tout simplement comme nous apprendrons les événements qui se seront déroulées au cours des siècles depuis l’apparition de ce livre sacré.

Les guerres et les catastrophes se succéderont les unes aux autres avec la régularité d’une horloge indestructible.

Le mythe du déluge, qui est présent dans de nombreuses civilisations anciennes et qui, pour certaines apparaitra comme une répression symbolique fustigeant l’immoralité humaine, prend forme de nos jours, en paraissant alors être une fatalité, avec la montée des eaux générée par les activités industrielles de notre monde moderne.

La puissance de l’image envahira à toutes les époques les murs des villes, dans quelques pays ou cultures que ce soit et elle le fera aussi aujourd’hui de façon moderne.

Avec des affiches ou écrans gigantesques, présentant au monde une nouvelle race d’homme composée de géants virtuels, des stars, des peoples, des dieux écrasant l’homme ordinaire par leurs grandeurs, perfections et immortalités, car ils sont sans chair et elle seule sera périssable et non l’esprit.

Avec des graffitis faits sur des murs par des artistes, se disant anonymes et travaillant comme d’antiques prêtres païens, druides Gaulois, pythie Grecque ou vaudou Africain, mais qui rêveront en fait de modernité, de gloire et de postérité.

Les prêtres d’antan possédaient, dans leurs propres cultures, gloire et prospérité, deux valeurs qui sont inhérentes aux sociétés humaines.

Ces artistes recouvriront les murs de nos villes, de leurs rêves, de leurs informations politiques ou commerciales jusqu’au moment ou ils renonceront ou perdront leurs batailles spirituelles, en basculant dans le monde matériel et acquérant, à leur tour, en inscrivant leurs tags, signatures, sur leurs œuvres, gloire et prospérité.

Ainsi les toiles de certains des artistes du Street Art, connus pour s’exprimer dans l’art de la rue, atteindront des sommes astronomiques et seront exposées dans de prestigieuses galeries d’art après qu’ils furent devenus des peintres réputés.

Photo-2

Afrique de l’ouest/Vaudou/dessin sur le mur d’une maison indiquant les activités spirituelles du propriétaire.

Nicolas Antoniucci
Par Nicolas Antoniucci

Passionné par la vie dans ce qu’elle pourra avoir d'insolite, parfois d’inexplicable et aussi par l'art sous toutes ses formes, les voyages et bien entendu l'écriture, je vous propose de partager avec vous sur ce blog mes différentes passions !

Commentaires (3)

Laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera publiée. Les champs requis sont marqués *