L’oeil de la Terre Biche/Texte inédit/Science-fiction/Stonehenge

Inspiré des personnages de mon livre Les Plages Blanches et de la Falaise de Sol.

Édition des écrivains, 2 003.`

Citation: L’oeil véritable de la terre c’est l’eau- Gaston Bachelard.

Nota : L’eau de l’œil étant les larmes, la Terre devrait donc être triste.

Image de mise en avant façon revue Planète.

Avec, l’œil de la Reine- 1955 Volti/plâtre patiné.

Stonehenge– L’œil de la Terre Biche.
Plan Stonehenge

Le chaman.

Le chaman allume une petite pipe de terre noire, au tuyau garni de poils de chèvres et dont la fumée légère s’envole en fines volutes grises. Ce magicien est un petit homme maigre, aux cheveux très noirs qui forment une auréole au-dessus d’un crâne exceptionnellement plat.

Le clan disait de lui qu’il y avait peu de place dans sa tête pour la pensée de l’homme. Par contre, qu’il y avait juste ce qu’il fallait comme creux dans son crâne pour recevoir le message des dieux et les souffler aux hommes.

Il prend la parole :

« Notre clan est assis en cercle dans la nuit autour du feu et nous formons ainsi l’œil des ténèbres. »

Il sort de sa poche une petite poudre qu’il jette dans les flammes en marmonnant quelques mots sacrés. Elles crépitent en son et lumière en formant une forme constituée d’étincelles jaune.

Il continua de parler en la désignant d’un geste rituel, sa main suivant la lumière.

« Voici, une nouvelle fois, la puissance de l’homme car dans le feu son esprit se mélangera à celui de ses ancêtres et cela fera sa force. »

Il se tut un instant pour que les autres puissent écouter et observer.

Sol.

Ensuite il s’adressa à Sol :

« Nous devons continuer de construire l’œil de la Terre Biche dont nos ancêtres auront déjà tracé la forme, une plateforme, ronde et sans arbres, entourée d’un fossé circulaire remplit de la bave de la bouche du ciel qui coule des nuages et d’un cordon d’eau qui rejoint le fleuve mère. Lorsque l’ouvrage sera terminé, il sera remplit de cailloux blancs que nos enfants, devenus adultes, fouleront en procession.

Elle est le cercle parfait de l’œil de la Biche et de ceux de nos femmes mères.

Le torrent d’eau qui sort de leurs ventres lorsqu’un enfant naît nous aidera à transporter les cils pierre que nous devons dresser, en l’honneur de nos ancêtres, sur l’œil de la Terre Biche.

Sol, tu auras jadis dressé la pierre de l’homme/homme qui sera mort si vieux qu’il aura pu prouver aux autres que la vie est parfois plus tenace que la maladie et tu vas maintenant devoir placer les cils de pierre sur l’œil de la Terre Biche. »

Un rat, pas apeuré, traversa l’assemblée et s’enfuit dans la nuit.

Sol vit en cela un signe du destin car l’homme pour qui il avait dressé jadis le menhir était un homme rat et cet animal était son totem.

Couverture:  Les Plages blanches et La falaise de Sol.

Les jeunes filles pubères.

Il se leva afin de prendre la parole mais, auparavant, le sorcier demanda aux jeunes filles pubères présentes dans l’assemblée de se lever et de se placer devant le feu.

Elles se dressèrent devant les flammes, étant hautes de statures avec des morphologies anguleuses comme le seraient des silex, des haches de pierre taillées.

Le sorcier les compta et dit :

« Elles sont huit. Notre clan apportera huit rochers sur l’œil de la Terre Biche, cela sera notre don aux dieux et nous les porterons avec l’aide de l’eau rouge qui coulera maintenant parfois, en suivant la course du temps, de nos filles pubères. »

Une biche brune sort des arbres et traverse la clairière en zigzaguant. Elle semblait être apeurée.

Sol :

« Cette biche sera de bon augure. Je conduirais cette procession accompagnée du chant et de la force des hommes. Nous choisirons huit pierres bleues et droites inscrites dans des falaises qui sortiront de leurs enfances pour devenir femme et les hommes vont les traîner sur des pierres rondes et des serpents de bois flottant sur l’eau de la bave du ciel mélangé aux poils de l’eau, les algues glissantes et la peau boueuse de la rivière vivante.

Le chemin sera long.

Les femmes et enfants chanteront, les chasseurs abattront de jeunes biches aux beaux yeux pour nourrir le clan. Certains hommes même mourront tués par le poison sueur et les enfants mâles, en grandissant, les remplaceront. »

Il se tait.

Le magicien leva les yeux vers le ciel et sa nuit percée d’étoiles et reprit la parole. Il s’adressa aux autres hommes dont les feux illuminaient la voûte céleste.

« Voici ce que notre clan fera pour l’œil de la Terre Biche.

Nous prendrons la force de l’esprit du feu pour séparer les rochers filles de leurs mères, celles des pleurs du vent et de la bave du ciel pour porter les cils rochers et les planter sur l’œil de la Terre.

Les esprits de nos ancêtres mélangés dans le vent à ceux des animaux, des plantes et des rochers donneront à nos hommes, la solidité de la pierre, la flexibilité du roseau, la force des aurochs et la ténacité des tigres aux dents de sabres. »

Ainsi furent placées huit des pierres bleues dans Stonehenge, l’œil de la Terre.

Sol conduisit la procession jusqu’à ce que les cils fussent dressés et il mourut juste après déjà âgé de plus de quarante années et, dit-on, son esprit tournerait encore de nos jours dans le ciel de Stonehenge porté par des corps asservis et successifs de chauve-souris noire.

Quatrième de couverture: Les Plages blanches et la Falaise de Sol.

 

 

 

Nicolas Antoniucci
Par Nicolas Antoniucci

Passionné par la vie dans ce qu’elle pourra avoir d'insolite, parfois d’inexplicable et aussi par l'art sous toutes ses formes, les voyages et bien entendu l'écriture, je vous propose de partager avec vous sur ce blog mes différentes passions !

Commentaires (1)

Laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera publiée. Les champs requis sont marqués *