Les livres- Voyageurs du temps/ Koltki, Kikimora, Pogoda, Zemargla, Simzerla et les autres

Image de mise en avant, photo d’un vieux livre « Précis de la géographie universelle » de Malte — Brun, tome VI, EUROPE ORIENTALE, 1 833. https://fr.wikipedia.org/wiki/Conrad_Malte-Brun

Les livres défient le temps. Les voyageurs du temps.

À propos de la page 344- Autour de la ville ancienne de Novgorod, Russie.

Le titre

La brocante.

À défaut de pouvoir quitter son corps pour voyager dans le temps, il sera toujours possible de lire un livre, qui fut écrit à une époque lointaine, pour appréhender quelques instants du passé des communautés humaines.

Ainsi, j’ai trouvé dans une brocante dont un des stands exposait un monceau de livres anciens — Une falaise de papier — revenus à la lumière après avoir été oublié dans une malle recouverte de toiles d’araignées, ces animaux faisant office, dans cette histoire, de génies, certes subalternes, mais s’étant montrés efficaces pour garder ce trésor de l’humanité, des livres — durant de nombreuses années, 187 ans exactement.

Quelques remarques sont faites en employant parfois les mots employés dans le texte ancien de la page 344 dont l’écriture est superbe et poétique — Étant presque d’expression moderne.

Le texte page 344

Les génies Slaves.

Ces livres eurent depuis tout ce temps, comme gardien, Kikimora, la déesse des songes et aussi quelques Koltki, des esprits de la nuit.

Ces génies, lorsque la malle fut déplacé par de costauds déménageurs, qu’ils prirent pour des génies d’aujourd’hui — La relève — durent s’enfuirent dans le monde moderne où ils disparurent, quelque temps interloqués, au seul endroit où il restait de la nature à notre époque, dans un jardin public de notre ville de Paris où, depuis ce jour, ils tiennent compagnies aux enfants.

L’hiver, ils appellent Zemargla en renfort qui arrive du fin fond de l’Europe avec toutes ses attentions ; son haleine de glace, ses habits de verglas, son manteau de neige, brodé de petite gelée et sa couronne de glace qui orne sa tête — Il fait rire les enfants qui le prennent pour un bonhomme de neige.

Les beaux jours, c’est l’aimable Pogoda, le génie du beau temps et du printemps qui vient leur rendre visite avec sa couronne de fleurs bleues posée sur sa tête accompagnée de son amante Simzerla qui répand devant elle un parfum de lys et porte une ceinture de rose – Les enfants certainement, lorsqu’ils les voient arriver enlacés, les prennent pour des fous ou des costumés.

Les génies émigrés.

Cependant, après avoir quitté l’obscurité du grenier — Hors temps — ils n’avaient rêvé que d’une chose, de rentrer en Russie, mais il semblerait que depuis tout ce temps leur place était prise, le monde moderne et la mondialisation avaient sculpté de nouveaux paysages les obligeant à rester sur place – Ils étaient devenus, en quelque sorte, des génies émigrés.

En parcourant les pages d’un tel livre on se rend compte que la carte des croyances du monde aura bien changé, l’animisme régnant dans les temps anciens existera encore dans certaines régions du monde mais que pour les autres il s’est enfoui dans les profondeurs de l’âme des hommes modernes, sans cependant totalement disparaitre, car ayant été battu en brèche par l’esprit de logique et de science.

La Nature n’étant plus devenue alors qu’une sorte de parc public que survoleront quotidiennement nos avions, dessinant le ciel des hommes de leurs lignes blanches — Telle une gigantesque toile d’araignée.

Les étoiles.

L’homme cependant voudra aller toujours plus haut, toujours plus haut, toujours plus loin, c’est sa nature de conquérant, vers la lune et les étoiles — La vie, pour perdurer devra toujours conquérir.

Le livre objet.

Les livres de cette époque, étant des produits artisanaux, étaient des livres objets de qualité tant par la qualité du papier employé, épaisseur, fibre et couleur, que par ses techniques de fabrication conduisant à des présentations avec des pages aux dimensions aléatoires se démarquant des livres fabriqués de nos jours dans notre monde industriel — Ainsi, le livre objet reflètera dans ses aspects les particularités de son époque…

Le papier.

Nicolas Antoniucci
Par Nicolas Antoniucci

Passionné par la vie dans ce qu’elle pourra avoir d'insolite, parfois d’inexplicable et aussi par l'art sous toutes ses formes, les voyages et bien entendu l'écriture, je vous propose de partager avec vous sur ce blog mes différentes passions !

Commentaires (0)

Laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera publiée. Les champs requis sont marqués *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.