Propos libres sur les lignes de Nazca et les dessins préhistoriques/ La puissance du dessin.

Image de mise en avant : Nicolas Antoniucci, dessin titre : Magique, entre corbeaux et objets abandonnés.

Cet article a pour propos, au cours de mon écriture au fil des ans dans mes articles de blog et mes romans édités, de mettre en avant la puissance du dessin, certes pas de manière scientifique, dans des cultures humaines passées éloignées de notre époque ainsi dans la préhistoire et, parfois même, de nos jours.

1/ Les dessins préhistoriques :

https://nicolas-antoniucci.com/art/lhomme-blesseprehistoiregrotte-de-lascaux

Extrait de l’article :

Dans une pensée magique, dessiner un animal pouvait le faire venir à soi, ce qui était une pratique importante pour la chasse qui aura dû se vérifier régulièrement pour que les hommes continuent à y croire pendant tant de millénaires.

 2/Urbanisme.

Archimatride, cahier de couleur Sodium N° 4- Extrait.

La conception architecturale.

Longtemps la conception architecturale s’exprima avec du dessin sur du papier ou du calque en employant ainsi une méthode artistique et, de ce fait, empreinte d’une certaine puissance obscure et magique — Un prolongement des œuvres paléolithiques tracés sur des voutes naturelles de roche dans de mystérieuses grottes obscures — Ventres maternels de pierre. Ne doutant pas un instant que, à cette époque, le dessin était considéré comme une puissance magique et que dessiner un bison ou un cerf pouvait les faire apparaitre, comme par magie… L’homme fasciné par cette puissance décalée de son pouvoir ordinaire continua alors sans relâche à créer, sculpter, dessiner, écrire — L’art faisant office de sortes d’exvotos dédiés aux forces de la Nature. Il pratiqua ces arts jusqu’à notre monde moderne en oubliant cependant, peu à peu et en apparence, leurs puissances magiques qui, au cours des millénaires, sembleraient s’être étiolées.

3/ Extrait de mon tapuscrit en cours, 2024, un livre de science-fiction.

…(Les lignes de Nazca) Elles furent une sorte de sublimation culturelle du dessin, un art majeur, magique que ces peuples poussèrent dans des grandeurs extrêmes dignes de rivaliser avec les outrances de l’architecture des pyramides pharaonique. Eh oui, le tracé des lignes de Nazca prendra en compte les puissances magiques du dessin, ce que vos hommes préhistoriques, dans leur temps, comprirent et utilisèrent. Ces deux cultures auront très certainement eu avec cette pratique graphique des résultats suffisants et concrets pour le bien-être de leur communauté pour qu’elles veuillent les faire perdurer dans le temps et les magnifier.

Par compte, les hommes modernes, férus des avancés spectaculaires de leur science épurée de ses origines troubles et alchimiques, l’auront, au cours du temps, mis au placard et rangé sur l’étagère des loisirs…

 

Par Nicolas Antoniucci

Passionné par la vie dans ce qu’elle pourra avoir d'insolite, parfois d’inexplicable et aussi par l'art sous toutes ses formes, les voyages et bien entendu l'écriture, je vous propose de partager avec vous sur ce blog mes différentes passions !

Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.